Tout savoir sur la roséole

Tout savoir sur la roséole

Parmi les maladies susceptibles de toucher les enfants en bas âge, la roséole est l’une de celles qu’ils ont de fortes chances de contracter. Elle est effectivement une maladie qui est fréquente, et qui est heureusement sans danger. Cette maladie infantile vous est encore inconnue et vous aimeriez en savoir un peu plus sur le sujet ? Et bien vous êtes au bon endroit. Nous passerons en revue ici ses symptômes, son mode de transmission, et comment la soigner.

Comment identifier la roséole ?

Les enfants de 0 à 4 ans ont tous de fortes chances de contracter la roséole, mais dans la grande majorité des cas, elle touche les enfants de 6 mois à 2 ans. Mais comment faire pour identifier un enfant atteint de la roséole ? Et bien il faut pour cela apprendre à distinguer les différents symptômes de la maladie.

Le premier symptôme qui se produit chez l’enfant est une fièvre subite durant laquelle sa température peut monter jusqu’à 39°C, voire 40°C. Précisons toutefois que pendant cette première phase, il n’y a pas encore de manifestation physique sur le corps de l’enfant. On ne peut donc quasiment pas encore diagnostiquer la roséole à ce stade. Cette fièvre peut durer de 3 à 5 jours en général, et il arrive qu’elle soit accompagnée de symptômes ressemblant à ceux du rhume, comme le mal de gorge, la fatigue, la toux, l’enflure des ganglions, le nez qui coule etc.

Une fois que la fièvre est retombée, on peut constater l’apparition d’une éruption cutanée sur le corps de l’enfant, notamment au niveau du torse, et qui parfois s’étend jusqu’aux jambes ou au cou. Cette éruption se fait sous forme de petites taches rougeâtres caractéristiques de la roséole. La durée de visibilité de cette éruption cutanée est variable. Elle est souvent très courte, et dans certains cas, elle passe quasiment inaperçue, tellement l’éruption est brève.

La roséole fait ainsi partie de ces maladies difficiles à diagnostiquer, comme la mononucléose. Heureusement, elle n’est que bénigne et n’entraine que peu de risques de complications. De même, les taches rougeâtres n’entrainent ni douleur, ni démangeaisons chez l’enfant, puis disparaissent d’elles même, et ne nécessitent donc pas de traitement particulier.

Comment se transmet la roséole ?

Le risque de contagion en cas de roséole est très élevé. En effet, le virus responsable de la maladie se transmet par la salive. Lorsqu’un enfant infecté parle, tousse ou encore éternue, de petites gouttelettes de salive se répandent dans l’air, et peuvent alors s’introduire dans l’organisme d’autres enfants sains, leur transmettant ainsi le virus de la roséole.

Comment traiter la roséole ?

Généralement, aucun traitement spécifique n’est nécessaire pour la roséole, étant donné qu’elle guérit d’elle-même en assez peu de temps. Sachez simplement que la prise d’antibiotique par l’enfant sera peu utile, et même totalement déconseillée, puisque la maladie est causée par un virus, et non une bactérie.

Essentiellement, le traitement à suivre consistera donc à faire baisser la fièvre de l’enfant, grâce à la prise de paracétamol ou d’ibuprofène par exemple. Il faut également s’assurer qu’il s’hydrate bien en lui donnant beaucoup de liquide. Enfin, l’enfant doit prendre beaucoup de repos.

Pour en savoir plus sur la roséole ou autres pathologies pouvant affecter les enfants, vous pouvez visiter de nombreux sites Internet traitant des différentes maladies infantiles ou encore des choses à éviter pendant la grossesse comme sur Planetesante par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *