L’économie de la mer

L'économie de la mer

Une économie restant méconnue du grand public, l’économie de la mer est souvent sous-estimée par beaucoup de personnes. Sachez pourtant, que cette économie liée au littoral joue un rôle très important dans la contribution d’approvisionnement du porte-monnaie de l’état. Les enjeux économiques qu’apportent cette structure sont si vastes qu’elle concourt massivement à la dynamique des valeurs ajoutées brutes annuelles. L’économie de la mer ou L’économie bleue représente en effet, environ 5.4 millions d’emplois et d’une valeur brute avoisinant les 500milliards d’euros par an.

Le transport maritime, le pilier de l’économie bleue

L’économie de la mer s’ancre principalement par le transport maritime de marchandises. Le transport de marchandises via la voie maritime est la première manière mondiale en terme de transport de marchandises. A elle seule, elle représente 80% des marges du trafic mondial des échanges internationaux.

Le développement des porte-conteneurs et du système de cabotage (acheminement de personnes ou de marchandises entre deux ports rapprochés) a permis à ce mode de transport, d’être l’un des transports le moins coûteux.

La mer, un sérieux business qui rapporte

Outre le transport de marchandises, la mer est aussi une très bonne source de revenu notamment dans le secteur du tourisme. Le tourisme côtier génère plus de 183 milliards d’euros et emploie plus de 3,2millions de personnes. Ce secteur développe plus d’un tiers de l’économie maritime selon la commission européenne.

Les principaux facteurs d’accroissement de cette économie restent les croisières, mais désormais plusieurs types de tourisme maritime ont vu dernièrement le jour, comme les musées subaquatiques.

La pêche maritime, la richesse alimentaire de la mer

Bien que presque plus pratiquée, la pêche traditionnelle n’est désormais plus qu’un loisir. De nombreux types de pêches plus développés ont vu le jour. L’aquaculture a connu un fort taux de développement qui s’accroit aux environs de 7% par an depuis 2000.

Cette pratique permet de produire des végétaux aquatiques ou l’élevage de poissons en mer ou en rivière. Une pratique beaucoup plus rentable que la pêche traditionnelle, elle permet d’alimenter aujourd’hui plus de la moitié de nos besoins en poissons et aux fruits de mer.

L’économie de la mer, source d’énergie verte

Source d’énergie fossile et renouvelable, la mer est l’une des principaux fournisseurs d’énergie connus. Elle regorge en effet des gisements de gaz et de pétrole. Grace aux nouvelles technologies développées, elle peut également fournir de l’énergie verte.

Comme ENGIE, entreprise Française à l’origine du développement des éoliennes en pleine mer, elle a notamment aussi permis la mise en place de panneaux solaires flottants qui peuvent produire de l’électricité pouvant alimenter toute une ville en électricité.

L’économie de la mer dépasse largement celle de l’automobile

En effet, l’économie bleue représente trois fois la valeur PIB de l’automobile et savez-vous pourquoi? tout simplement car le littoral Français représente plus de 11.035.000 km² qui fait que cette superficie est plus ouverte aux business mondiaux que la vente d’automobiles plutôt réservée aux habitants.

Le potentiel de la mer

Selon une étude du Boston Consulting Group, commandée par la Fondation de la mer, le produit intérieur brut maritime Français pèse 14% et représente plus de 270 milliards d’euros de chiffres d’affaires, dépassant largement les estimations du BCG.

Le secteur maritime pèse 3 fois plus que le secteur automobile, et 6 fois plus que le secteur aéronautique. Un secteur dynamique qui emploie quelques 820000 personnes dans l’hexagone dans divers secteurs d’activités, notamment dans la construction navale, la pêche, le tourisme, l’énergie marine et les ports.

En résumé, bien que peu connue et moins invoquée dans les discussions de l’état, l’économie de la mer représente une majorité des chiffres du PIB de l’état. Les activités très lucratives qui en dépendent en font de cette économie, un des piliers exploitables de l’hexagone. Un potentiel qui mérite d’être développé, car selon Jean-Luc Mélenchon : « la mer est l’avenir de la France ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *